la croix de perdition

"22 Juillet 1209, Béziers est mis à sac. Pour lutter contre l'hérésie cathare, les croisés, avec à leur tête Arnaud Almalric, légat du pape, prennent la ville et massacrent vingt mille habitants.

Hiver 1308. L'abbaye des Clairets, administrée par une jeune abbesse Plaisance de Champlois, es coupé du monde extérieur par une terrible tempête de neige. Les meurtres de moniales se succèdent, tous mis en scène selon un rituel macabre...

On parle de sorcellerie ou de quelque choses d'encore plus ténébreux.

Que vient faire à l'abbaye Arnoldus de Villanova, médecin et espion du pape Clément V, au prétexte e cueillir des simples en plein hiver ?

Et qui est donc cette jeune Claire qui ne supporte pas la lumière du jour, et que protège quatre "monstre de foire ?"

Remarques personnelles:

Je me suis interrogée en tout premier lieu sur le genre du roman car au premier chapitre on trouve le personnage d' Arnaud Almaric en 1209, celui-là même qui aurait prononcé au cours de la prise de Béziers, "Tuez-les tous... Dieu reconnaîtra les siens." Or nous retrouvons au chapitre deux , ce même personnage , un siècle plus tard , en 1307.

Serais-je tombé dans un roman médiéval un brin fantastique ? Que nenni.

Point de fantastique ici. L'intrigue , ou plutôt les intrigues, sont tout ce qu'il  y a  de plus rationnelles . Plusieurs personnes se retrouvent dans le monastère, chacune pour ses propres raisons et avec des intentions plus ou moins bonnes.

Tout ceci est bien mené et  l'écriture nous rappelle à tout moment que nous sommes en plein roman médiéval,mais j'avoue avoir été un peu perdu à certains moments . déçue par des revirements de situation trop rapides de na pas avoir eu de réponses à toutes les questions sur certains personnages.