jane-austen-a-scargrave-manor-

"La société du XIXe siècle ne laissait aux jeunes filles désargentées que bien peu d'alternatives : entrer en religion ou épouser un monsieur fortuné, généralement un gentleman, mais goutteux et ... d'un âge avancé.

Isobel Paybe, par son mariage avec lord Scargrave, a vu disparaître à la fois ses difficultés financières et ses douces illusions sur l'amour romantique. Du moinsjusqu'à ce qu'elle rencontre le neveu de son mari...

Le décès brutal du lord met donc la jeune épousée dans une situation délicate. Une si jolie veuve, voilà un sujet suffisant pour que les mauvaises langues se déchaînent.

Jane Austen, en visite chez son ami Isobel, aura fort à faire pour la protéger des esprits malveillants, qui jugent la mort du riche lord un peu trop opportune..."

 

Quelques remarques personnelles:

Le meurtre du conte de Scargrave entraîne le lecteur dans le milieu de la haute société anglaise. Ce meurtre va faire ressortir ce que beaucoup de personnes voulaient cacher : des histoires d'argent, d'héritage, d'amour mais aussi des histoires politiques.

Et au milieu de cet imbroglio, comme un cheveux sur la soupe, Jane Austen , de condition très modeste, est là, qui va remuer ciel et terre pour tenter de sauver son amie, accusée  d'avoir tué son mari.

D'un caractère bien trempé, un brin téméraire, Jane Austen se retrouve dans la peau d'un fin limier et j'avoue que ce rôle lui va très bien.